Au début de l’été 2017, j’ai lu La mémoire des embruns, un roman de l’australienne Karen Viggers. J’ai vraiment aimé ce livre qui m’a transporté géographiquement en Tasmanie sur l’île de Bruny et en Antarctique. Nous avions déjà le projet de partir 3 semaines en Australie en décembre – janvier. J’avais juste émis l’idée de la Tasmanie après avoir trainée sur des blogs et sites de personnes ayant découvert cette partie d’Australie. Mais une fois que j’ai lu ce livre, c’était évident : “ça sera la Tasmanie avec quelques jours sur l’île de Bruny !”

  L’île de Bruny est une petite île au sud de la Tasmanie. L’endroit est sauvage, exposé aux vents violents et à la mer déchaînée. Elle est peuplée de manchots Adélie, de grands albatros et d’aigles de Tasmanie… Entre Antarctique et Tasmanie, Karen Viggers partage sa passion pour ces deux continents. Elle donne ici une place essentielle à la nature, l’île mais aussi les descriptions de l’Antarctique, le royaume du froid sont superbes. La narration alterne le point de vue de Mary qui arrive au terme de sa vie, elle est malade et souhaite la finir sur l’île; de Tom, le cadet, qui comprend le désir de sa maman; et de Léon, le garde-forestier de l’île qui a pour mission de passer voir Mary chaque jour; dont on découvre et comprend les blessures.

  On parle d’amour, de souvenirs, des relations maternelles, de la solitude, de l’isolement, de la vieillesse, du choix de sa fin de vie. L’auteure explore la nature humaine et les sentiments. Ses personnages avec leurs failles sont extrêmement bien construits.

  Tout un questionnement servi par une écriture fluide, agréable qui transporte et qui nous envoûte par les paysages juste sublimes. On y est, on imagine. C’est une belle invitation au voyage. Très beau livre !

 

Extraits :

“Elles sortirent de Hobart par la route du sud dans la lumière ouatée du matin. Le mont Wellington dressait son ombre violette au sommet frangé de chenilles de brume. Avec les nuages bas qui collaient au paysage, la journée semblait déjà bien entamée.” p24

“A Kettering, elles attendirent dans la file derrière des voitures et une bétaillère vide. Jacinta s’engouffra dans le terminal du ferry et Mary, assise dans l’habitacle du 4 x 4, regardait les vagues se rider sous les rafales de vent. Le ciel s’était un peu éclairci mais reflétait toujours le gris plombé  de la mer. De l’autre côté du canal d’Entrecasteaux, se profilait les collines de North Bruny.” p27

 

  Nous sommes le 2 janvier 2018 nous quittons Hobart et le Mont Wellington. Nous passerons 3 jours sur l’île du vent, celle où Mary fut heureuse avec son mari Jack, le gardien de phare. Nous sommes dans la file des véhicules longs à attendre de monter dans le ferry qui effectue des traversées plusieurs fois par jour entre Kettering et l’île de Bruny.

  Prochaine étape Bruny Island.